Une mobilisation féministe d’une ampleur inédite secoue le Chili

Par Marion Gonidec

Une nouvelle manifestation pour une « éducation non sexiste » s’est déroulée mercredi à Santiago du Chili et d’autres villes du pays. Plus de 30 universités et établissements secondaires sont désormais occupés ou en grève, en écho à des mobilisations d’une ampleur inédite, qui secouent au même moment l’Argentine. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Santiago du Chili (Chili), envoyée spéciale.–  Mercredi 6 mai vers 11 heures du matin, dans l’air froid et sous le soleil, un bulldozer s’avance sur l’Alameda, l’avenue principale de Santiago du Chili. L’engin, une maquette conçue par les étudiants de la fac d’architecture de l’université de Santiago vient déconstruire – et démolir – « l’objection de conscience », « le micro-machisme » ou « le patriarcat », symbolisés par des boîtes en carton, bientôt mises à terre.