Erdogan convoque l’union nationale pour édifier sa «nouvelle Turquie»

Par Raphaël Boukandoura

Le “meeting pour la démocratie” a réuni près d’un million de personnes dimanche à Istanbul, à l’appel du président turc Recep Tayyip Erdogan. Trois semaines après la tentative de putsch du 15 juillet, l’électorat nationaliste semble siphonné au profit de l’AKP. Les laïques, la gauche et les Kurdes sont nettement moins enthousiastes. Reportage sur les rives du Bosphore.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), correspondance.- Assis sur un trottoir, sa bouteille d'eau à la main, Celal, garagiste à la retraite de 60 ans, affiche une mine déçue. Il a tenté de rejoindre la place où se tient le « meeting des martyrs et de la démocratie » organisé ce dimanche 7 juin à Istanbul, trois semaines après la tentative de coup d'État du 15 juillet. Mais après plus de deux heures d'attente il a préféré faire demi-tour. Face à l'affluence de plusieurs centaines de milliers de personnes, il est extrêmement difficile de se frayer un chemin entre la masse de drapeaux agités par les manifestants.