Fannie et Freddie sont dans un bateau

Par

Encore un dimanche chargé pour le secrétaire au Trésor des Etats-Unis, Henry Paulson. L'annonce du débarquement des "Feds" chez Fannie Mae et Freddie Mac, les deux grandes agences de financement hypothécaire américaines menacées de faillite, a été accueillie avec soulagement sur toute la planète financière. L'affaire jette surtout une lumière crue sur la responsabilité du système politique des Etats-Unis dans la crise financière globale. Lire aussi : le gouvernement américain secourt les géants du crédit immobilier

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A ceux qui n'auraient pas encore compris que l'effet de levier est au cœur de la mécanique infernale de la crise financière, la faillite de Fannie Mae et Freddie Mac, les deux agences américaines de financement et refinancement hypothécaire, offre une séance de rattrapage accéléré.
A ceux qui pensent encore que le vilain «marché» est la cause de tous nos maux, l'analyse de cet épisode singulier devrait au moins apporter quelques motifs d'interrogation.