Emmanuel Macron assume son virage russe

Par

L’Élysée mène une politique consciente de rapprochement avec Moscou.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi 9 septembre, les ministres français de la défense et des affaires étrangères se rendent à Moscou pour concrétiser la tentative de réchauffement entre Paris et la Russie engagée par la rencontre Macron-Poutine à Brégançon, avant le G7. Une ouverture qui lui vaut les éloges de Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement et qui s’inscrit dans la tentation « gaullienne » du président de la République, malgré les doutes de beaucoup au Quai d’Orsay.