Une tribune de Boris Johnson provoque un tollé chez les conservateurs

Par

L’ancien ministre a publié un texte au vitriol contre la politique de négociation menée par la première ministre britannique.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

C'est peu dire qu'il n'a pas mâché ses mots. Boris Johnson, ancien ministre des affaire étrangères, estime que le plan de Theresa May pour rendre effectif le Brexit revient à « passer une ceinture d’explosifs autour de la Constitution britannique et à remettre le détonateur » à l’Union européenne, relate Le Monde.

La tribune de l’ancien maire de Londres, publiée le 8 septembre dans le Mail on Sunday, exprime son désaccord avec le « plan de Chequers » proposé par Theresa May. Le plan prévoit le maintien d’une relation commerciale étroite entre le Royaume-Uni et l’UE après le Brexit, prévu le 29 mars.

Boris Johnson regrette que le Royaume-Uni adopte une attitude de « béni-oui-oui » face à l’UE et juge « totalement inacceptable » la solution de « backstop » (ou « filet de sécurité ») qui maintiendrait la province britannique d’Irlande du Nord au sein de l’union douanière et du marché unique européens, faute d’autre solution pour empêcher le rétablissement de contrôles frontaliers avec l’Irlande, membre de l’UE, après le Brexit.

Ces propos ont choqué jusqu’au sein de son propre camp conservateur. Le secrétaire d’État aux affaires étrangères, Alan Duncan, estimant sur Twitter qu’ils constituent « un des moments les plus navrants de la politique moderne britannique » et signent « la fin politique de Boris Johnson ».

Lire la suite sur lemonde.fr.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous