Les enfants nés de GPA doivent avoir deux parents légaux, selon la CEDH

Par
La filiation des enfants nés à l’étranger d’une gestation pour autrui (GPA) doit être reconnue par la France, mais cette reconnaissance légale peut passer par l’adoption en ce qui concerne la mère d’intention, a affirmé mercredi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

STRASBOURG (Reuters) - La filiation des enfants nés à l’étranger d’une gestation pour autrui (GPA) doit être reconnue par la France, mais cette reconnaissance légale peut passer par l’adoption en ce qui concerne la mère d’intention, a affirmé mercredi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).