En Egypte, les failles d’une lutte antiterroriste obsolète

Par Heba Younes
Après les attentats meurtriers contre deux églises coptes ce dimanche 9 avril, l’efficacité du dispositif sécuritaire, jugé désuet, est particulièrement remise en cause. De nombreux chrétiens présents sur place se disent de moins en moins protégés par l'État policier du président Sissi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tanta, Alexandrie, Le Caire (Égypte), de notre envoyé spécial.-  « Vous nous interdisez d’entrer alors qu’un terroriste a pu pénétrer les lieux sans problème. » Devant l’église Saint-Georges de Tanta, dans le delta du Nil égyptien, des fidèles s’impatientent devant les barrages policiers et les contrôles des jeunes bénévoles du lieu de culte endeuillé.