Un trafic de visas est découvert au consulat de France d'Erbil en Irak

Par

Le Quai d'Orsay a saisi le procureur de la République après avoir acquis la certitude qu'un trafic de visas a eu lieu au consulat de France d'Erbil. Dans la capitale du Kurdistan irakien, Mediapart a réuni plusieurs témoignages sur l'ampleur du trafic. Le consul adjoint est suspendu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Erbil, de notre envoyée spéciale.   Depuis que Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve ont déclaré, fin juillet, la France disposée à accueillir les chrétiens irakiens victimes des persécutions de l'État islamique, le consulat de France à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, croule sous les demandes. Six agents consulaires ont été dépêchés en renfort pour y répondre et les demandes sont acceptées au compte-gouttes. Pourtant, il fut un temps où le consulat d'Erbil était moins regardant sur sa politique des visas : pour obtenir le précieux laisser-passer vers la France, il suffisait souvent d'ouvrir son portefeuille.