Trois quarts des miels contaminés

Par

Des traces de néonicotinoïdes, pesticides à l’origine du déclin des abeilles, ont été retrouvées dans 75 % des miels du monde. Une étude de l’université de Neuchâtel détaillée par Le Courrier de Genève.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les trois quarts du miel mondial contiennent des pesticides. Des traces de néonicotinoïdes, une famille de pesticides connus pour leur rôle dans la diminution de la population des abeilles, y sont décelables à divers niveaux. C’est ce que révèle une étude publiée aujourd’hui dans la prestigieuse revue Science par un groupe de chercheurs de l’université de Neuchâtel et du jardin botanique de la ville. L’ampleur et la fréquence des traces ont de quoi inquiéter. Si l’étude montre que les quantités ne sont pas dangereuses pour l’homme, elles sont nettement plus nuisibles pour les abeilles. Les concentrations de néonicotinoïdes retrouvées affectent leur comportement, leur physiologie et leur reproduction.