L'Onu accuse Facebook d'avoir alimenté la crise des Rohingyas

Par
Les experts des droits de l'homme des Nations unies qui enquêtent sur un possible génocide contre les Rohingyas en Birmanie ont déclaré lundi que Facebook avait joué un rôle important dans la propagation de discours de haine dans le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

GENEVE (Reuters) - Les experts des droits de l'homme des Nations unies qui enquêtent sur un possible génocide contre les Rohingyas en Birmanie ont déclaré lundi que Facebook avait joué un rôle important dans la propagation de discours de haine dans le pays.