Malgré la situation critique de Jakarta, les élections indonésiennes ignorent la question climatique

Par Bruno Meyerfeld

Le 17 avril prochain, l’Indonésie organise des élections générales qui voient s’opposer deux candidats niant la question de l’urgence climatique, dans un archipel pourtant parmi les plus concrètement menacés par la montée des eaux. Reportage dans la capitale Jakarta, qui pourrait devenir l’Atlantide du XXIe siècle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jakarta (Indonésie), envoyé spécial. - Irvan Pulungan a sans conteste la plus belle vue de Jakarta. De son bureau, face à la place Merdeka, toute la capitale est à ses pieds. Juste en face, le Monas, obélisque de 137 mètres orné d’une flamme dorée, grand-œuvre du président Soekarno. Un peu plus loin, le musée, l’imposante mosquée Istiqlal et le palais présidentiel, demeure blanche sans étage, qui servait autrefois de résidence au gouverneur des Indes néerlandaises. Et bien sûr, partout, les gratte-ciel de la ville nouvelle.