mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été sur Mediapart !

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Mediapart jeu. 25 août 2016 25/8/2016 Édition de la mi-journée

«Face au féminicide, l’oubli est une autre forme de mort et d’impunité»

13 février 2016 | Par Camille Lavoix

Selva Almada, écrivaine argentine, publie Les Jeunes Mortes, fruit d’une investigation de trois ans sur le phénomène du féminicide. Sur fond de souvenirs personnels, elle y fait état de trois cas de meurtres de femmes non résolus des années 1980. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Selva Almada avait 13 ans quand elle a appris, par la radio, qu’Andrea avait été poignardée dans son lit à San José, un village voisin. C’était en 1986, dans l’Argentine profonde. Aujourd’hui, Selva a 42 ans et vient de présenter son sixième livre à Paris. Il s’agit de courts récits de « non-fiction » à la manière de Truman Capote ou Rodolfo Walsh, fruit d’une investigation de trois ans sur le phénomène du féminicide. Sur fond de souvenirs personnels, elle y fait état de trois cas de meurtres de femmes non résolus des années 1980. Au fil des pages, on découvre Andrea, mais aussi María Luisa, violée et étranglée dans la province du Chaco alors qu’elle n’avait que 15 ans ; Sarita, disparue dans la province de Córdoba âgée de 20 ans, et une foule de détails glaçants sur cette Argentine misogyne que l’auteure entend secouer.