Dans la taïga russe, une ZAD s’organise face à la gestion hasardeuse des déchets

Par

En proie à une crise des ordures et à de nombreuses manifestations depuis un an, la région de Moscou pense avoir trouvé la parade en envoyant des tonnes de déchets par trains entiers à 1 000 kilomètres au nord de la capitale, où les autorités régionales ont lancé en toute discrétion la construction d’une nouvelle décharge. Les habitants organisent la résistance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Oblast d’Arkhangelsk (Russie), de notre envoyé spécial.-  De foi de militant écologiste depuis plus de 30 ans, Nikolaï Bratenkov n’avait encore rien vu d’aussi aberrant à ses yeux. « Ces gens n’ont plus aucune limite ! fulmine-t-il dans un café de Syktyvkar, capitale de la très rurale République des Komis, dont il habite la partie arctique isolée et préservée, à plusieurs heures de route. Ils n’ont pas trouvé d’autre endroit pour leur projet pourri qu’au milieu d’une nature vierge et belle, dans une zone marécageuse pleine de petits cours d’eau. »