Relâcher Roxana Saberi... pour garder Ahmadinejad?

Par
Condamnée pour espionnage, la journaliste américano-iranienne, Roxana Saberi, a finalement été libérée lundi par Téhéran, au grand dam d'une partie de la presse iranienne. A moins d'un mois de l'élection présidentielle iranienne prévue pour le 12 juin, ce geste en direction de Washington pourrait être une manière pour Téhéran de faire accepter à l'administration Obama le possible renouvellement du mandat de Mahmoud Ahmadinejad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Roxana Saberi est libre depuis ce lundi 11 mai. Condamnée en avril 2009 à huit ans de réclusion criminelle pour «espionnage pour le compte des Etats-Unis», la journaliste américano-iranienne de 32 ans a écopé en appel d'une peine de deux ans de prison avec sursis pour «collecte et transmission d'informations classées secrètes» – en fait, un rapport sur la guerre en Irak préparé par le centre de recherches stratégiques de la présidence iranienne. Roxana Saberi a par ailleurs été autorisée à quitter l'Iran.