Au Mali, une élection sous influence

L'élection présidentielle doit avoir lieu le 28 juillet prochain, alors que le Mali n'est pas prêt à un scrutin dans les meilleures conditions. Pourtant, les pressions françaises – François Hollande s'est dit «intraitable» sur la date – ont eu raison des réticences locales. Au risque d’accroître le sentiment de mise sous tutelle. De notre envoyé spécial à Bamako.

Jean-Christophe Riguidel

14 juillet 2013 à 12h32

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Fatoumata jette un regard distrait aux affiches électorales promettant un avenir meilleur aux Maliens, à l'issue de la présidentielle du 28 juillet prochain. « Avant de m’occuper de politique, il faut d’abord que je trouve à manger pour mes enfants », explique cette jeune Bamakoise en boubou qui vient chercher chez des parents le billet de mille francs CFA (1,5 euro) qui lui permettra d’acheter la nourriture du jour. Avec son bébé sur le dos, Fatoumata saute entre les flaques rouges qui recouvrent le sol en latérite du quartier populaire de Missira, au cœur de Bamako, la capitale malienne. Afin de se protéger de la pluie diluvienne, Fatoumata s’est confectionné un chapeau à l’aide d’un sac plastique noir qui lui couvre la tête. Le ramadan vient de commencer : une obsession de tous les instants pour Fatoumata et les autres musulmans, qui représentent  95 % de la population. « Les prix de la nourriture battent tous les records. L’électricité vient d’augmenter. Le manioc n’a jamais été aussi cher. Je n’arrive plus à nourrir ma famille. Jamais nous n’avons été aussi pauvres », s’insurge cette mère seule avec cinq enfants à charge, qui survit en faisant des tresses à domicile.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions