Au Sénégal, les féministes divisées sur l’affaire Ousmane Sonko

Par Arwa Barkallah

Au milieu du bras de fer entre pouvoir et opposition, des féministes sont partagées entre le devoir de soutenir le peuple en colère et le traitement d’une affaire de viol qui a conduit à l’audition d’Ousmane Sonko. Une accusation qui déterminera la façon dont le chef de l’opposition traitera la question des droits des femmes, s’il devait briguer la fonction suprême un jour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dakar (Sénégal).– À la sortie de sa garde à vue le lundi 8 mars, journée internationale des droits des femmes, une foule en liesse a accueilli le leader du parti d’opposition Ousmane Sonko. Dans le comité d’accueil, on pouvait entendre des moqueries adressées aux deux femmes du leader polygame du PASTEF (patriotes pour le Sénégal, l’éthique et la fraternité) : « Il va falloir apprendre à masser, maintenant ! »