Europe : des universitaires démontent les chiffres falsifiés de la doxa économique

Par

C’est un des dogmes de la politique économique européenne : au-delà de 90 % du PIB, tout endettement est fatal pour la croissance d’un pays. Ce principe est issu des travaux de deux historiens économistes publiés en 2010. Trois universitaires ont repris les calculs : ils sont truffés d’erreurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La polémique pourrait être une de ces nombreuses disputes universitaires, comme il en existe depuis des siècles. Seulement, cette fois, cette controverse théorique ne tient pas au sexe des anges mais à notre vie et à notre avenir : elle touche l’un des piliers de la politique économique européenne, un de ceux qui ont justifié depuis trois ans toutes les politiques d’austérité sur tout le continent. « Au-delà d’un endettement dépassant les 90 % du PIB, les pays endettés ne peuvent connaître qu’un effondrement de leur croissance, l’essentiel de leurs ressources étant mobilisé pour rembourser la dette », expliquent doctement les experts européens, du FMI, de la BCE et autres.