L’Europe et la France soulagées par la victoire de la droite grecque

Par

C’était le scénario qu’espéraient les dirigeants européens: le parti de droite Nouvelle Démocratie sort en tête pour former une grande coalition sans la gauche radicale de Syriza. Les Européens se disent prêts à revoir le calendrier du “mémorandum”.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les dirigeants européens respirent. Ils avaient fait campagne pour une grande coalition dominée par les conservateurs de Nouvelle Démocratie : les Grecs les ont suivis dimanche. Selon des résultats quasi-définitifs communiqués par le ministère de l’intérieur (à découvrir ici), la droite d’Antonis Samaras l’emporte avec 29,68 % des voix, soit 129 sièges, contre 26,89 % pour la gauche radicale de Syriza (71 sièges). Les socialistes du Pasok arrivent loin derrière, en troisième position avec 33 sièges de députés.