L’athlète Caster Semenya dénonce la police de la testostérone

Par Michel Henry

Le Tribunal arbitral du sport examine cette semaine le recours de la double championne olympique sud-africaine Caster Semenya, qui veut faire invalider le règlement de la fédération internationale d’athlétisme imposant aux femmes produisant beaucoup de testostérone de prendre des médicaments.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà 70 ans que l’affaire turlupine les instances sportives : les athlètes féminines sont-elles bien des femmes ? Longtemps, cette obsession a tourné à coups de « tests de féminité », de défilés de femmes nues devant des gynécologues, de prélèvements de salive aux résultats parfois trompeurs et de tests génétiques discriminatoires. Puis on a cherché des bases scientifiques incontestables. Et on est tombé sur le taux de testostérone. Au-delà d’une certaine valeur, ce taux procurerait un avantage inéquitable.