Brexit: Boris Johnson continue de jouer à qui perd gagne

Par

La Chambre des communes a infligé samedi 19 octobre un nouveau camouflet au premier ministre britannique, le contraignant à demander un report du Brexit. M. Johnson n’en a cure et poursuit le bras de fer du peuple contre le Parlement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La comédie-tragédie est loin d’être finie, sur les rives de la Tamise, et continue de se jouer à guichets fermés. Devant le Parlement, où une manifestation de grande ampleur a été organisée ce samedi 19 octobre pour s’opposer à la sortie de l’UE. À l’intérieur du Parlement, où le vote décisif sur l’accord de Brexit conclu entre Londres et Bruxelles n’a finalement pas eu lieu, contrecarré par l’adoption d’un amendement crucial visant à lier les mains de Boris Johnson, qui se défend, au nom de la majorité silencieuse, comme un beau diable.