Les déplacés syriens supplient la Turquie d'ouvrir sa frontière

Par
Les dizaines de milliers de Syriens chassés par les bombardements de l'armée de Bachar al Assad et de son allié russe dans la province d'Idlib ne cachent pas leur colère et leur frustration de voir la Turquie refuser de leur ouvrir sa frontière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

ATMEH, Syrie (Reuters) - Les dizaines de milliers de Syriens chassés par les bombardements de l'armée de Bachar al Assad et de son allié russe dans la province d'Idlib ne cachent pas leur colère et leur frustration de voir la Turquie refuser de leur ouvrir sa frontière.