Laïcité au Québec: la fracture linguistique

Les anglophones et les allophones du Québec seraient plus ouverts que les francophones aux minorités religieuses, révèle un sondage que présente et commente Le Devoir de Montréal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La ligne de fracture entre francophones et non-francophones s’étend partout dans ce deuxième volet du sondage commandé par l’Association d’études canadiennes (dirigée par le chercheur Jack Jedwab) et le Quebec Community Groups Network (QCGN).