Cinq ans de prison pour une lanceuse d'alerte

Par

Reality Winner a été condamnée à cinq ans de prison par un tribunal de Géorgie, aux États-Unis. La jeune femme de 26 ans, employée d'un sous-traitant de la NSA, était jugée pour avoir transmis à la presse un rapport classifié sur des tentatives de piratage visant l'infrastructure de vote, et attribuées à la Russie.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Elle est la première lanceuse d’alerte de l’ère Trump jugée au titre de l’Espionage Act, cette loi utilisée sous Obama pour poursuivre Chelsea Manning et Edward Snowden. Ce jeudi, Reality Winner, 26 ans, a été condamnée à cinq ans et trois mois de prison par un tribunal d’Augusta (Géorgie) pour avoir transmis à la presse un document classifié sur des tentatives de piratage à l’encontre de l’infrastructure électorale, attribuées à la Russie. Soit « la sentence la plus lourde jamais prononcée contre la source d’un média dans un tribunal fédéral », relève la Freedom of the Press Foundation.

A lire sur liberation.fr

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale