Pourquoi Barcelone dit non aux touristes et oui aux migrants

Ce sont de plus en plus les touristes et non les migrants que les habitants de Barcelone considèrent comme une menace, relate (en anglais) Le Guardian de Londres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au début de l'année, quelque 150 000 personnes ont défilé dans Barcelone pour exiger que le gouvernement espagnol acceptât davantage de migrants dans le pays. Peu de temps après, le slogan « Tourists go home, refugees welcome » fit florès sur les murs de la métropole catalane, où des manifestants ne cessèrent ensuite de protester derrière des bannières affirmant « Barcelone n’est pas à vendre », ou encore « Nous ne nous laisserons pas chasser ».