Au Cambodge, l’insubmersible Hun Sen a verrouillé les élections

Par Pierre Motin

Les Cambodgiens votaient dimanche pour des élections législatives qui devraient permettre au premier ministre Hun Sen de se maintenir sans difficulté, après plus de trois décennies au pouvoir. Retour sur une longévité politique due à la répression de ses opposants et à l’entretien d’un vaste système de clientélisme et d’allégeances personnelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Phnom Penh (Cambodge), correspondance.-  Le long des routes battues de poussière de chaque village endormi, il veille, comme sur les boulevards de la dynamique Phnom Penh. Partout au Cambodge, des panneaux du Parti du peuple cambodgien (CPP) représentent Hun Sen, premier ministre depuis 1985, généralement accompagné de Heng Samrin, président de l’Assemblée nationale.