Pérou: un «pacte d'impunité» derrière la grâce de Fujimori

Par

Après après avoir bénéficié de voix fujimoristes pour contrer la procédure parlementaire visant à sa destitution, le président Kuczynski a gracié dimanche l’ancien dictateur Fujimori, sous le coup d’une peine de vingt-cinq ans de prison pour « crimes contre l’humanité ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De son propre aveu, le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski a pris, dimanche 24 décembre au soir, « la décision la plus difficile de sa vie ». « PPK » a gracié l’ancien dictateur Alberto Fujimori, condamné en 2009 à vingt-cinq ans de prison pour crime contre l’humanité, et à d’autres peines pour corruption, jugeant que s’il a commis « des entorses significatives à la loi, au respect de la démocratie, et aux droits de l’homme », « son gouvernement a aussi contribué au progrès national ».