Les armes des Balkans font un carton en Irak et en Syrie

Par

Des contrats d'armement d'une valeur de 1,2 milliard d'euros auraient été conclus, depuis 2012, par certains pays d'Europe centrale et des Balkans avec l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie et la Turquie. Du matériel qui se retrouve souvent entre les mains des combattants de l'organisation de l'État islamique (EI). 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis février 2016, les frontières des Balkans sont fermées aux centaines de milliers de réfugiés irakiens et syriens qui, des mois durant, ont remonté les routes de Grèce, de Macédoine et de Serbie en direction de l’Union européenne. Dans le même temps, les exportations d’armes en provenance d’Europe du Sud-Est se portent mieux que jamais. Selon une enquête menée par le Balkan Investigative Reporting Network (BIRN) et l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), des contrats d’une valeur d’au moins 1,2 milliard d’euros auraient été conclus depuis 2012 entre certaines capitales des Balkans et d’Europe centrale et l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie et la Turquie.