Turquie: les Kurdes s’apprêtent à reprendre les villes dont ils ont été spoliés

Par

À l’automne 2016, l’État turc destituait les maires d’une centaine de villes kurdes de l’est du pays et les remplaçait par des administrateurs judiciaires. Dimanche, aux municipales, les électeurs vont selon toute vraisemblance réparer cette injustice. Mais la revanche est sans joie, tant les perspectives d’avenir sont sombres pour la région.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Diyarbakir (Turquie), de notre envoyé spécial. – Jeudi 21 mars, sur une vaste esplanade à la périphérie de Diyarbakir, la plus grande ville kurde de Turquie. Plusieurs dizaines de milliers d’habitants se retrouvent pour célébrer autour d’un grand bûcher le Newroz, le nouvel an des Kurdes. Étincelle de gaieté dans un quotidien souvent morose. Les femmes aux robes chatoyantes sont là. Les jeunes hommes en tenues martiales et au regard sévère aussi.