Au lendemain de la vidéo de Baghdadi, l'Irak souligne le danger que représente encore l'EI

Par
L'organisation Etat islamique (EI) représente toujours une menace puissante dans le monde en dépit de la fin de son "califat" territorial, a estimé mardi le Premier ministre irakien Adel Abdoul Mahdi au lendemain de la diffusion d'une vidéo du chef de l'EI, Abou Bakr al Baghdadi.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BAGDAD (Reuters) - L'organisation Etat islamique (EI) représente toujours une menace puissante dans le monde en dépit de la fin de son "califat" territorial, a estimé mardi le Premier ministre irakien Adel Abdoul Mahdi au lendemain de la diffusion d'une vidéo du chef de l'EI, Abou Bakr al Baghdadi.

L'authenticité et la date précise de l'enregistrement de cette vidéo de 18 minutes, mise en ligne lundi soir par l'organe de propagande djihadiste Al Furqan, n'ont pu être établies de source indépendante.

Il s'agit de la première apparition présumée de Baghdadi depuis sa proclamation du "califat", le 29 juin 2014 dans une mosquée de Mossoul, dans le nord de l'Irak. En août dernier, Al Furqan avait diffusé un enregistrement sonore de Baghdadi.

"Pour ce qui est de la localisation de Baghdadi, nous ne pouvons fournir pour l'instant d'informations issues du renseignement, mais il apparaît clairement dans cette vidéo qu'il se trouve dans un endroit isolé", a dit le Premier ministre irakien lors d'une conférence de presse à Berlin.

Le chef de l'EI, donné pour mort à plusieurs reprises, se cacherait soit en Irak, soit en Syrie, quelque part dans les vastes régions désertiques un temps tenu par le groupe djihadiste.

A en croire Hicham al-Hachemi, conseiller à la sécurité du gouvernement irakien, la liste de ses caches potentielles a été réduite de 17 lieux différents à quatre, dans le désert de la province irakienne d'Anbar ou dans le désert syrien à l'est de Homs.

La chute fin mars de Baghouz, dernier réduit de l'EI dans l'est de la Syrie, a signé la fin territoriale du califat autoproclamé par l'organisation djihadiste à cheval sur la Syrie et l'Irak.

Mais, a observé Adel Abdoul Mahdi, "Daech n'est pas simplement une petite organisation, elle est au contraire étendue et va tenter de rétablir la confiance de ses militants et mener des actions comme au Sri Lanka".

L'EI a revendiqué la responsabilité des attentats menés le dimanche de Pâques au Sri Lanka principalement contre des églises et des hôtels, qui ont fait 253 morts.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale