En Algérie, l’armée lance une grande opération anticorruption

Par

À défaut de toute ouverture politique, le chef d’état-major de l’armée a annoncé mardi une vaste opération anticorruption. « Nous avons des dossiers très lourds », prévient le général Gaïd Salah. L’opération est vécue par l'opposition et des millions de manifestants comme une diversion par rapport aux demandes de révolution démocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un classique des pouvoirs autoritaires : tenter de se sauver en déclenchant de spectaculaires opérations anticorruption. Elles sont le moyen de regagner quelque crédit auprès de l'opinion publique et, au passage, d'éliminer des opposants politiques. Les régimes chinois et russe excellent dans ces spectacles, qui voient soudain des figures détestées mises à terre par une justice aux ordres.