«Sans frapper», la force des mots mis sur les violences sexuelles

Ada a 19 ans. Elle accepte d’aller dîner chez un garçon qu’elle connaît. Tout va très vite, elle ne se défend pas. Un viol, sale et banal. La grande intelligence de la réalisatrice Alexe Poukine est de faire raconter cette histoire par d’autres, qui en racontent d’autres aussi, et de ces mots qui s’entrelacent surgit la douleur et émerge une parole.

Tënk et Mediapart

15 mai 2021 à 12h02

En 2013, à la sortie d’une projection de l’un de ses films, la réalisatrice est abordée par une spectatrice qui lui raconte son histoire survenue neuf ans plus tôt. Dépositaire de ce récit de viol, puis de situations similaires racontées par certains de ses proches, Alexe Poukine cherche alors une forme pour faire entendre la parole des victimes : « J’avais très peur en demandant à Ada de témoigner face caméra qu’elle se reprenne la violence qu’elle avait déjà vécue multipliée par cent par les spectateurs », raconte-t-elle sur France Culture (écouter l’entretien ci-dessous). Elle songe donc à faire dire ces mots par des acteurs et des actrices. Ils les ont appris, ont repris le phrasé d’Ada, se sont mis dans sa peau, sont parfois submergés d'émotion et ont ajouté pour certains leur propre récit. Et Alexe Poukine a réussi ce qu’elle cherchait à faire : « Mettre une distance pour que le spectateur puisse entendre cette histoire. » Du viol à la plainte, de la honte au témoignage, jusqu’au moment du renversement de la culpabilité – « Au lieu de traquer ce qui n’allait pas chez moi, j’ai commencé à me demander ce qui n’allait pas dans ce que lui m’avait fait » –, ces mots tissés entre eux disent ce qu'est un viol et permettent de comprendre comment la vague #MeToo a pu se former.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers documentaires

À la Une de Mediapart

France — Enquête
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Violences sexuelles
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Asie
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Europe — Reportage
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud