« Une jeune fille de 90 ans », ni la danse ni l'amour n'ont de rides

Par Tënk & Mediapart

Au service de gériatrie d’un hôpital d’Ivry, le chorégraphe Thierry Thieû Niang anime un atelier de danse avec des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian filment son travail et remarquent Blanche Moreau, 92 ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont des personnes âgées, malades, qui parfois ne quittent plus leur lit. Des corps souffrants qui enserrent des cœurs. Au service de gériatrie de l’hôpital Charles-Foix d’Ivry, Thierry Thieû Niang, chorégraphe de renom, anime un atelier de danse avec des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Le mouvement, le toucher, le soutien, le partage peuvent réveiller des regrets, des souvenirs, des joies, des désirs. Yann Coridian et Valeria Bruni Tedeschi (que l’on connaît davantage comme comédienne), filment ces rencontres. Et, comme dans un conte sublimement humain, s’attardent sur Blanche Moreau dont la vie soudain s’éveille. Une jeune fille de 90 ans. France. 2016. 85 min // Réalisateurs et scénaristes : Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian // Directrice de la photographie : Hélène Louvart //  Monteuse : Anne Weil // Production : Marie Balducchi. Arte et Agat films //