«Uzu», au cœur du Japon primitif

Par Tënk & Mediapart

Chaque année en octobre se déroule à Matsuyama, sur l’île de Shikoku, le festival d’automne du Dogo, l’une des fêtes religieuses les plus violentes du Japon. Par un ingénieux dispositif, le court métrage de Gaspard Kuentz nous immerge dans ce rituel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Huit équipes d’hommes, représentant chacune un quartier de la ville, portent des palanquins en bois pouvant peser jusqu’à une tonne et au centre duquel se trouve le dieu. Ils entrent en collision et l’équipe qui laisse tomber le palanquin a perdu. Cérémonie extrêmement dangereuse, où des hommes peuvent se faire écraser par la masse, cette joute est autant physique que spirituelle. Gaspard Kuentz a choisi de filmer ce combat « un peu comme deux vagues qui se rencontrent et se mélangent » tout en entremêlant, dans son documentaire de 27 minutes, divers points de vue.Uzu, 27 min, Japon 2015 // Réalisation : Gaspard Kuentz // Image : Akiya Kentaro, Osawa Mirai, Tawara Kenta // Son : Morinaga Yasuhiro // Montage : Gaspard Kuentz // Production : Jingumae Produce, Tokyo (Japon)