1937, le génocide occulté des Haïtiens

19 photos

Entre le 2 et 4 octobre 1937, les villes du nord-ouest de la République dominicaine connurent le « massacre du Persil »*. Sur ordre de la dictature de Trujillo, les immigrés et ressortissants haïtiens sont traqués puis tués à l’arme blanche par les soldats dominicains. Selon certains historiens, plus de 20 000 Haïtiens ont péri. Quelques mois après l’ignominie, les présidents Sténio Vincent (Haïti) et Rafael Trujillo (République dominicaine) trouvent un arrangement et évitent à la République dominicaine des sanctions diplomatiques et régionales. Plus de huit décennies plus tard, ce génocide, connu sous le nom de « massacre du Persil », n’est toujours pas reconnu par l’État dominicain, alors que meurent les derniers survivants. Portraits de ces rescapés, de lieux de mémoire et de l’héritage d’un pogrom passé sous silence.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Pierre Michel Jean (K2D)

    Haïti, Dosmond (Ouanaminthe), 2016. Marie Pierre (photo en haut à gauche) est née en 1918 dans le nord-est de la République dominicaine, avant que ne soit établi le tracé définitif de la frontière haïtiano-dominicaine en 1935. Avant le massacre de 1937, son père était agriculteur et propriétaire de « conucos » (propriété vivrière). Marie et le reste de sa famille ont échappé de peu aux tueries. L’histoire qu’elle a racontée à ses enfants parle d’une période de concorde et de solidarité entre voisins, avant le massacre. L’après marque le début d’une profonde rupture entre les deux peuples. Les trois fils de Marie Pierre (photo ci-contre), le jour de l’enterrement de leur mère. Morte en février 2017 à 99 ans, Marie Pierre était sans doute la survivante de cette tragédie la plus âgée au moment du massacre. Les descendants des rescapés sont souvent très marqués par l’histoire de leurs parents. Ils expriment pour la plupart une grande aversion pour le peuple dominicain.

    Haïti, Mont-Organisé (Ouanaminthe), 2016. Mériline Pierre (photo en haut à droite) ne se rappelle pas son âge au moment de la tragédie. Elle se souvient juste que sa famille a pu être sauvée grâce à un ami dominicain nommé Loye, qui les a avertis du massacre et leur a conseillé de fuir pour Haïti. De nombreux rescapés du massacre racontent ainsi que plusieurs Dominicains ont caché des immigrés haïtiens pour les sauver des soldats et sbires de la dictature qui en voulaient à leur vie parce qu’ils étaient haïtiens.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Économie et social
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge