Après la prison, les femmes face aux difficultés de la réinsertion

20 photos

Les femmes sont marginales en prison. En octobre 2017, Axelle de Russé passe deux semaines dans le quartier des femmes du centre de détention de Joux-la-Ville. Elle a créé un lien avec Magalie, Adeline, Rahmouna et a pu les suivre à leur sortie de prison. Pour ces détenues fragilisées par l’enfermement, la réinsertion est complexe, due aux lourdeurs administratives, au rejet de la société et à la solitude.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Axelle de Russé

    Joux-la-Ville (Yonne), novembre 2017. Condamnée à 4 ans de prison ferme, Adeline, 34 ans, est détenue au centre pénitentiaire de Joux-la-Ville. Avant cela, elle a séjourné à Fleury-Mérogis (Essonne), Fresnes (Val-de-Marne) et Châlons-en-Champagne (Marne).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié