Asile: à Manus, les marques d'une violence inouïe

Des hommes gravement blessés, des impacts de balle, des traces de sang : les photos présentées par Mediapart témoignent de la violence qui s'est abattue les 16 et 17 février 2014 sur le centre de détention de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où sont enfermés les demandeurs d'asile arrivés en Australie (lire notre enquête). Elles ont été prises à l'aide de téléphones portables après les événements au cours desquels un Iranien est décédé et des dizaines de personnes blessées. Elles ont été envoyées à des avocats de défense des droits de l'Homme. In english : The shocking pictures of the injured and wounded asylum seekers on Manus Island

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Une centaine de photos sont parvenues à Mediapart à la mi-avril. Elles ont été prises, selon leurs auteurs (trois personnes différentes qui souhaitent rester anonymes), entre le 19 et le 25 février 2014 à l'intérieur du centre de détention situé à Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où sont enfermés les demandeurs d'asile arrivés sur le sol australien. Elles témoignent des violences subies par les détenus et des dégâts matériels à la suite de la révolte et de la répression qui ont eu lieu les 16 et 17 février 2014. Prises à l'aide de téléphones portables, elles ont été envoyées à plusieurs défenseurs des droits de l'Homme à l'extérieur du centre entre le 2 et le 4 mars 2014.

Voir tous les portfolios