Au Bangladesh, victimes de l'industrie textile

Par

Le 24 avril 2013, dans la banlieue ouest de Dacca, au Bangladesh, les huit étages de l'immeuble Rana Plaza s'effondraient, faisant plus de 1 100 morts parmi les ouvriers du textile. Symbole macabre d'une économie mondialisée où il s'agit de produire toujours à plus bas coût, dans des conditions de travail de plus en plus inhumaines. Abir Abdullah a photographié le drame du Rana Plaza, et a poursuivi son travail : parce qu'à Dacca, régulièrement, d'autres immeubles s'effondrent sur d'autres ouvriers. Une partie de ce reportage est présenté au festival Images qui se déroule jusqu'au 5 octobre à Vevey (voir notre précédent portfolio et les informations ici).  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Dix-sept jours après l'effondrement du Rana Plaza, des parents viennent d'identifier le corps de leur fils.

Voir tous les portfolios