Au Mali, en temps de guerre

Par

Bamako, Mopti, Tombouctou, puis à l'est sur la frontière mauritanienne et au sud-ouest du pays... Entre le 15 janvier et le 20 février 2013, Stephen Dock est resté un mois au Mali. Un reportage aux premiers jours de l'engagement des armées françaises, mais sans être embarqué auprès d'elles. Les images du front ne l'intéressent pas : « On ne peut pas accéder aux zones de combat, et à part quatre pick-up calcinés, on ne peut rien photographier. Il y a une vraie volonté, surtout du côté de l'armée malienne, de ne pas voir des photographes au front. » Alors Stephen Dock est parti seul. À 25 ans, il est familier des reportages de guerre : en 2011 et 2012, il s'est rendu plusieurs fois en Syrie et il nous a présenté, en décembre dernier, son reportage à Gaza, que l'on peut toujours voir ici.

En partenariat avec :

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Dans le dispensaire d'Yirimadio, un village sur la route du nord, juste avant d'arriver à Bamako. Cette femme est venue se réfugier ici avec son enfant qui souffre de malnutrition.

Voir tous les portfolios