Au Niger, contrôler les flux de migrants

Par

Le Niger, deuxième pays le plus pauvre du monde, est au cœur de la région du Sahel en Afrique. Il accueille aujourd’hui quelque 300 000 réfugiés et personnes déplacées de pays voisins qui fuient les attaques terroristes. Beaucoup tentent de partir d’ici pour rejoindre l’Europe. Pour contrer cette migration, des fonds européens sont destinés à faire de ce pays de transit un lieu de réinstallation temporaire de certains migrants qui se trouvaient en Libye. Si ce programme, qui vise à répartir les migrants, a du mal à décoller, le flux migratoire s’est déjà tari : en 2016, l’Organisation internationale pour les migrations comptaient 333 891personnes traversant la frontière du Niger, principalement vers la Libye. En 2017, le nombre a chuté à 17 634.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. 14 décembre 2017. La ville d'Agadez est aux portes du désert. D'ici commencent les périples pour se rendre en Libye. Depuis la fin de l'ère Kadhafi, le Niger a connu une hausse du nombre de migrants essayant d’atteindre l'Europe. Environ 90 % de ceux qui se dirigent vers la Libye et l'Europe depuis l'Afrique de l'Ouest sont passés par ce pays qui est devenu de facto la frontière sud de l’Europe.

Voir tous les portfolios