Au Sénégal, la construction d’immenses ports menace toute la côte

La nouvelle zone pour le développement économique et industriel du Sénégal, la Petite-Côte (de Bargny à Ndayane), abritera bientôt deux des plus grands ports de l’Afrique de l’Ouest. Parallèlement, les expropriations des cultivateurs, la destruction de la biodiversité et de la pêche artisanale concourent à l'appauvrissement des populations, qui voient disparaître leurs principales ressources de subsistance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. port-ndayane-bargny-sendou-12
    Le 27 novembre 2017, sur ordre présidentiel, le premier ministre du Sénégal, Mahammed Boun Abdallah Dionne, pose la première pierre du port minéralier et vraquier de Bargny-Sendou. Les terres cultivables de ces deux communes ont déjà accueilli la construction d'une centrale électrique à charbon de 125 mégawatts (achevée en 2018) et du pôle urbain de Diamniadio. Des habitants de la commune de Sendou tenteront d'organiser une marche de contestation, mais seront bloqués à la sortie de leur village. L'heure est à la fête. Danseuses traditionnelles et spectateurs, financés pour l'occasion, sont invités à prendre part à l’événement, armés de pancartes et banderoles à la gloire du président Macky Sall et de ses grands projets. Le 24 février 2019, Macky Sall remettra son mandat en jeu lors de la onzième élection présidentielle sénégalaise.

Voir tous les portfolios