Au Sénégal, les femmes préservent la mangrove pour les nouvelles générations

La région de Toubacouta possède une flore et une faune exceptionnelles, à la fois grenier nourricier et barrière protectrice contre l’océan. Mais la mangrove et ses palétuviers sont menacés par les changements climatiques et les activités humaines. Conscientes de cette urgence qui met en péril la sécurité alimentaire et pousse les jeunes à l’exode, les femmes du petit village de Soucouta ont été parmi les premières à se mobiliser, dès les années 1990. Désormais sensibilisés, les habitants ont rejoint leur combat pour la sauvegarde de cette précieuse ressource.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Soucouta, avril 2021. Des femmes originaires du village de Soucouta, dans la région du Sine Saloum, au sud du Sénégal, se dirigent en pirogue vers la mangrove, une végétation typique de cette région. Chaque matin, à marée basse, elles viennent détacher les huîtres qui se développent naturellement sur les racines des palétuviers.

Voir tous les portfolios