Blackpool, dans le brouillard du Brexit

Par

La cité balnéaire de Blackpool, installée sur les rivages de la mer d’Irlande, a longtemps été une destination mondaine. Aujourd’hui, c’est l’une des villes anglaises les plus touchées par le chômage et la pauvreté. Lors du référendum de 2016, près de 67,5 % des votants se sont exprimés en faveur du Brexit, le plus haut score de la région. Mais les habitants, qui avaient espéré voir leur situation économique s’améliorer avec la sortie de l’UE, se désintéressent de l’issue de ces négociations et doutent du fonctionnement de leur démocratie.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner
  1. Promenade principale de Blackpool, la Las Vegas du nord de l’Angleterre. Les habitants se sont largement prononcés en faveur du Brexit en 2016 : le taux de participation a été de 65,4 %, et le Brexit a recueilli près de 67,5 % des suffrages. Le temps du vote leur semble bien lointain.

  2. Capitale de l’entertainment pour les plus pauvres en été, la ville prend des allures de ville fantôme hors saison, bercée par le blizzard et l’espoir de jours meilleurs. Sa population est de 139 700 habitants.

  3. Lea-Ann et Bethannie, à la sortie de l’un des nombreux magasins bon marché de la ville, les Poundland :
    « Nous n’avons pas voté. Le Brexit ne concerne pas les pauvres comme nous. Nous faisons partie de la troisième classe anglaise, tout cela est beaucoup trop complexe pour nous. »

  4. Une des promenades de la ville, totalement rénovée, notamment grâce à une aide de l’Union européenne. 

  5. À gauche, Tracy, serveuse au Abingdon Street Market : « J’ai voté pour le Leave [en faveur de la sortie de l’UE – ndlr], mais je le regrette beaucoup aujourd’hui. Nous n’avions pas conscience des vrais enjeux à l’époque et je voterais pour rester dans l’UE si un deuxième référendum était organisé aujourd’hui. »
    À droite, un détail du parc aquatique de la ville, l’une des principales attractions en été.

  6. Steven, sur la promenade principale : « J’ai voté pour le Remain [rester dans l’Union européenne – ndlr], mais j’ai changé d’avis, il y a trop d’immigrants ici et pas assez d’emplois. »

  7. À gauche, James, comptable indépendant : « J'ai voté pour le Leave et je ne changerai pas d’avis, même si la sortie de l’UE semble plus compliquée que prévu. Le marché unique ne nous a rien apporté, regardez l'état de notre pêche et de notre agriculture ! À quelques kilomètres au nord, la ville de Fleetwood est abandonnée alors qu'elle a été un grand port de pêche. Je n'ai rien contre les immigrants, mais nous avons besoin de protéger notre économie. » À droite, vue sur l'attraction touristique la plus emblématique de la ville, la Blackpool Tower, inspirée de la tour Eiffel.

  8. Devant l’un des nombreux pubs de la ville. Le taux d'alcoolémie à Blackpool est l'un des plus élevés du pays. 

  9. Habitants sur la promenade et vue sur l’un des trois débarcadères fermés en hiver.

  10. Gérald et Elizabeth, couple de retraités : « Nous avons voté pour le Leave mais nous sommes vraiment malades de voir que rien ne se passe et que la démocratie ne suit pas son cours. Ce sont les questions migratoires qui nous ont donné envie de sortir de l’UE. »

  11. Jour de grande tempête sur la promenade. On ne vient pas à Blackpool pour sa météo. 

  12. Amber travaille au théâtre Funny Girls, un ancien cinéma de style Arts déco reconverti en salle de spectacles burlesques : « J’ai voté pour le Leave, mais je m'en mords les doigts !!! J’ai appris entre-temps que l’UE avait financé la reconstruction de la promenade, nous avons été mal informés. »

  13. Hélène, mère au foyer : « Je ne sais même plus pourquoi j'ai voté pour le Leave. Sûrement pour des raisons économiques, mais aussi pour suivre le mouvement général porté par les politiciens. J’ai juste suivi le flux. »

  14. À gauche, mariage un jour de pluie. Blackpool est la destination des enterrements de vie de jeune fille, mariages et autres célébrations.
    À droite, danseuse de salon lors d’un afternoon tea dans la superbe salle de bal, à l’étage de la Blackpool Tower.

  15. Un sans-abri est allongé sur la voie publique malgré l'interdiction de la mendicité. Au-delà des nombreux problèmes sociaux que conjugue la ville, elle présente également l'un des plus forts taux nationaux de décès liés à l'usage de drogue.

  16. Graham, ouvrier : « La démocratie ne fonctionne pas en Angleterre, le peuple a fait son choix mais les politiques font quand même ce qui les arrangent. J'ai voté pour rester dans l'Europe car nous avons clairement besoin de main-d'œuvre étrangère ici. À Blackpool, les white trash ont peur de l'immigration, mais ils ne veulent pas travailler, ils profitent des aides sociales. J'ai confiance en Theresa May, c'est la seule qui écoute le peuple. »

    • Lire aussi tous nos articles sur le Brexit, rassemblés dans ce dossier.

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale