A Calais, un virus tel un caillou dans la campagne

20 photos

Les annulations d’événements par mesure de protection contre le Covid-19 et la fin de la campagne municipale ont rythmé la semaine à Calais (62). Dans cette ville où les traces de la crise des migrants sont toujours vives, les étudiants en photographie de l’Emi-CFD ont saisi les militants sur le terrain et des citoyens intéressés par les débats ou très éloignés de la politique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Marion ESQUERRE

    10 mars 2020, quartier du Petit Courgain, Calais. Laurent Roussel et deux colistiers font du porte-à-porte. Laurent Roussel est tête de liste du Rassemblement des citoyens calaisiens (RCC), qui se revendique sans étiquette. Il compte 49 candidats issus de tous les quartiers de la ville et majoritairement des milieux populaires. Ils sont en grande partie novices en politique et ne se seraient jamais engagés derrière une candidature soutenue par un parti politique.

    Ici, ils sont dans la rue Chateaubriand, dont la partie nord est constituée de petits pavillons indépendants gérés par l’office HLM de la ville. Le quartier du Petit Courgain jouxte le port de Calais. Il est coupé en deux par la rue Mollien, où se situe le café Au Cabestan. D’un côté du quartier, des petits pavillons, de l’autre, du logement HLM. Nathalie, seconde sur la liste, a grandi dans un immeuble HLM, récent à l’époque. Elle vit désormais dans la partie pavillonnaire. Elle a découvert il y a peu que les habitants de la zone pavillonnaire appelaient la partie HLM « les blocs ». Quand elle était petite, elle, parlait des « bâtiments ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti
Portfolio — 20 photos
par Sadak Souici (photos) et Théophile Simon (texte)

À la Une de Mediapart

Journal — France
« Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal — International
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Politique
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Économie et social
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot