Dans le Loiret, un patron En Marche et en campagne

Par

David Simonnet, 47 ans, PDG du groupe chimique Axyntis, est candidat aux législatives dans la 5e circonscription du Loiret sous étiquette « La République en marche ». Symbole de ces militants soi-disant venus de la “société civile”, il est soutenu par l'ex-maire PS et l'actuel maire LR. S'il découvre l'urgence à se faire un nom en un mois, une chose lui reste en travers de la gorge : le « ni haine, ni patron », déclamé par une partie des supporters de Mélenchon lors du second tour de la présidentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. 24 et 27 mai 2017. « En 1988, j’ai voté Barre ; en 2007, Bayrou ; et en 2012, Hollande. » Profil rêvé du candidat macroniste, un novice issu de la société civile (même s’il concède quelques affiches collées pour Bayrou en 2007), David Simonnet court sous la casaque « La République en marche » dans la 5e circonscription du Loiret. Mais il a une autre particularité : c’est un patron, un industriel, PDG d’un groupe chimique qu’il a édifié en 2007, Axyntis, 450 employés dont 150 à Pithiviers, en plein cœur de la circonscription. Il est aussi professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteur d’un Que sais-je ?, Les 100 mots de l’entreprise, et contribue régulièrement à Conflits, une revue de géopolitique. Pour cette campagne législative, il s’est aménagé une heure par jour pour garder un œil sur ses affaires chimiques. Et après, s’il est élu ? « En dix ans, j’ai constitué une équipe autour de moi, soudée, efficace, en qui j’ai toute confiance pour diriger le groupe. »

Voir tous les portfolios