Fêter ses morts au Mexique, pays meurtri par la violence

19 photos

Chaque année, le Dia de los Muertos, le Jour des morts mexicain, gagne en popularité dans le monde. Classée au patrimoine immatériel de l’Unesco, cette fête célèbre les défunts au travers de rituels chaleureux et colorés. Mais depuis quinze ans, le Mexique est en proie à une violence qui ne cesse d’augmenter. En 2019, plus de 35 000 personnes ont été assassinées dans le pays, et 73 000 sont toujours portées disparues. Sur les autels dédiés aux ancêtres, les photos des victimes se multiplient. La tradition est devenue un exercice de résilience dans un pays où l’impunité ne cesse de grandir. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Mahé Elipe

    24 octobre 2020. Tablas del Pozo, Ecatepec, État de Mexico. La chambre de Gonzalo Garduño Nuñez est restée intacte depuis son enlèvement et sa disparition en décembre 2017, alors qu’il avait 26 ans. Le couvre-lit aux couleurs du Cruz Azul, un club de foot de la capitale mexicaine, les affiches de l’équipe sur le mur et l’icône pieuse en tête de lit sont toujours là. Avoir pu donner une chambre à chacun de leurs trois enfants fait la fierté des parents de Gonzalo, Jacopo et Trinidad. Lorsque le couple a entamé la construction de leur maison d’Ecatepec, dans les années 1990, les alentours n’étaient encore que des collines pelées ouvertes à tous les vents.

    Depuis, près de deux millions de travailleurs précaires ou occupant des petits boulots mal rémunérés sont venus peupler cette immense municipalité-dortoir collée à la capitale, qui s’est développée dans l’anarchie. Oubliée des pouvoirs publics, cette banlieue aux routes défoncées et à l’éclairage public absent souffre de taux de criminalité vertigineux. Dans la chambre de Gonzalo, ses parents ont dressé un modeste autel pour la célébration du Jour des morts.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 14 photos
par Maïté Baldi / Hans Lucas
Portfolio — 16 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 19 photos
par Natela Grigalashvili

À la Une de Mediapart

Journal — France
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Portfolio
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal — International
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud