Portfolios

Fêter ses morts au Mexique, pays meurtri par la violence

19 photos

Chaque année, le Dia de los Muertos, le Jour des morts mexicain, gagne en popularité dans le monde. Classée au patrimoine immatériel de l’Unesco, cette fête célèbre les défunts au travers de rituels chaleureux et colorés. Mais depuis quinze ans, le Mexique est en proie à une violence qui ne cesse d’augmenter. En 2019, plus de 35 000 personnes ont été assassinées dans le pays, et 73 000 sont toujours portées disparues. Sur les autels dédiés aux ancêtres, les photos des victimes se multiplient. La tradition est devenue un exercice de résilience dans un pays où l’impunité ne cesse de grandir. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Mahé Elipe

    24 octobre 2020. Tablas del Pozo, Ecatepec, État de Mexico. La chambre de Gonzalo Garduño Nuñez est restée intacte depuis son enlèvement et sa disparition en décembre 2017, alors qu’il avait 26 ans. Le couvre-lit aux couleurs du Cruz Azul, un club de foot de la capitale mexicaine, les affiches de l’équipe sur le mur et l’icône pieuse en tête de lit sont toujours là. Avoir pu donner une chambre à chacun de leurs trois enfants fait la fierté des parents de Gonzalo, Jacopo et Trinidad. Lorsque le couple a entamé la construction de leur maison d’Ecatepec, dans les années 1990, les alentours n’étaient encore que des collines pelées ouvertes à tous les vents.

    Depuis, près de deux millions de travailleurs précaires ou occupant des petits boulots mal rémunérés sont venus peupler cette immense municipalité-dortoir collée à la capitale, qui s’est développée dans l’anarchie. Oubliée des pouvoirs publics, cette banlieue aux routes défoncées et à l’éclairage public absent souffre de taux de criminalité vertigineux. Dans la chambre de Gonzalo, ses parents ont dressé un modeste autel pour la célébration du Jour des morts.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 19 photos
par Laurent Carre et Jeanne Frank
Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon
Portfolio — 14 photos
par Édouard Bride (Photos) et Nicolas Montard (Textes)

À la Une de Mediapart

Journal — France
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — France
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal — France
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux