Portfolios

Fêter ses morts au Mexique, pays meurtri par la violence

19 photos

Chaque année, le Dia de los Muertos, le Jour des morts mexicain, gagne en popularité dans le monde. Classée au patrimoine immatériel de l’Unesco, cette fête célèbre les défunts au travers de rituels chaleureux et colorés. Mais depuis quinze ans, le Mexique est en proie à une violence qui ne cesse d’augmenter. En 2019, plus de 35 000 personnes ont été assassinées dans le pays, et 73 000 sont toujours portées disparues. Sur les autels dédiés aux ancêtres, les photos des victimes se multiplient. La tradition est devenue un exercice de résilience dans un pays où l’impunité ne cesse de grandir. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Mahé Elipe

    24 octobre 2020. Tablas del Pozo, Ecatepec, État de Mexico. La chambre de Gonzalo Garduño Nuñez est restée intacte depuis son enlèvement et sa disparition en décembre 2017, alors qu’il avait 26 ans. Le couvre-lit aux couleurs du Cruz Azul, un club de foot de la capitale mexicaine, les affiches de l’équipe sur le mur et l’icône pieuse en tête de lit sont toujours là. Avoir pu donner une chambre à chacun de leurs trois enfants fait la fierté des parents de Gonzalo, Jacopo et Trinidad. Lorsque le couple a entamé la construction de leur maison d’Ecatepec, dans les années 1990, les alentours n’étaient encore que des collines pelées ouvertes à tous les vents.

    Depuis, près de deux millions de travailleurs précaires ou occupant des petits boulots mal rémunérés sont venus peupler cette immense municipalité-dortoir collée à la capitale, qui s’est développée dans l’anarchie. Oubliée des pouvoirs publics, cette banlieue aux routes défoncées et à l’éclairage public absent souffre de taux de criminalité vertigineux. Dans la chambre de Gonzalo, ses parents ont dressé un modeste autel pour la célébration du Jour des morts.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon
Portfolio — 14 photos
par Édouard Bride (Photos) et Nicolas Montard (Textes)

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre