Irak : à Bassora, les crises climatique et politique empoisonnent la population

20 photos

On l’appelait autrefois la « Venise du Moyen-Orient ». Confrontée aujourd’hui au réchauffement climatique, aux barrages des pays frontaliers (la Turquie et l’Iran) et à l’incurie gouvernementale, la province irakienne de Bassora lutte contre un très grave déficit hydrique. La crise sanitaire de l’été 2018, durant laquelle près de 118 000 personnes ont été empoisonnées par l’eau, n’a pas suffi à renverser la situation.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Sadak Souici

    Bassora (Irak), le 29 octobre 2021. Adnan Ahmed, un agriculteur de la banlieue de Bassora, irrigue ses champs avec une eau pestilentielle pompée dans les canaux pollués de la ville. « Je suis la dernière génération à vivre sur cette terre », prophétise-t-il devant les rares arbres fruitiers encore debout.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié