L’Atlas des régions naturelles, archives extraordinaires des paysages ordinaires

Par

Depuis 2017, l’Atlas des régions naturelles s’attache à documenter « l’architecture vernaculaire française » et à représenter toutes les nuances de ces territoires. Plus de 12 000 images issues de cette « aventure artistique » hors norme ont été mises en ligne début novembre. Les deux photographes responsables du projet commentent pour Mediapart une sélection de leurs travaux. Un remède idéal au confinement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Bray-Dunes, Flandre maritime (Nord). C’est une drôle de vie que la nôtre. Une moitié du temps sur la route à sillonner sans repos les recoins du territoire, l’autre moitié devant nos ordinateurs à classer, archiver, préparer les expositions et voyages à venir. Entre les deux, ou autour, il reste peu d’espace.

    Quand je parle de recoins, je pense aux zones frontalières qui me font toujours l’effet d’être la ligne de jonction entre les murs et la baignoire, là où prospère la moisissure parce que l’eau y stagne. Un jour, c’est prévu, nous longerons la frontière de Bray-Dunes à Menton.

    Et aussi, l’espèce de no man’s land qui sépare ces deux entités distinctes ressemble bien, par le faible espace qu’elle occupe, au peu de temps qu’il nous reste pour avoir une vie sociale un peu normale. Car voilà quatre ans que nous avons commencé l’Atlas et si nous savions qu’un tel projet allait nous occuper pour un moment, nous n’imaginions pas à quel point cette aventure envahirait nos existences.

    É.T.

Voir tous les portfolios