L’autre visage de Los Angeles

Par

Ses travaux sur Paris, Berlin, Moscou, Prague ou Lisbonne ont depuis longtemps installé Guillaume Zuili dans les galeries internationales. Depuis les années 2000, ce photographe qui travaille toujours à la chambre a déménagé dans le sud de Los Angeles. Il y a découvert l'autre face de cette mégapole : le port qui n’arrête jamais, les industries pétrolières… Un paysage figé dans le temps, à mille lieues de l’image de leader de la résistance écologique chère au gouverneur de Californie. Guillaume Zuili est exposé à Paris Photo 2018, le rendez-vous des collectionneurs et des galeristes, qui se tient du 8 au 11 novembre au Grand Palais. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Oil Pit & Homes. 2017. Nous sommes dans le South Bay. Un grand nombre de villes du comté de Los Angeles reposent sur des champs de pétrole. On trouve donc partout ces puits qui pompent en permanence. Dans les jardins et les cours d’immeuble comme ici, au bord des autoroutes, le long des avenues, à gauche, à droite, en haut, en bas… Il y en a tellement que, finalement, on ne les voit plus.

Voir tous les portfolios