A la frontière birmano-thaï, au cœur de la lutte contre les épidémies

17 photos

Plusieurs épidémies, dont la dengue, ravagent l'Asie du Sud-Est, sous l’effet des mouvements de populations et des changements climatiques. Le long de la frontière thaïlandaise où vivent plus de 100 000 réfugiés birmans, les centres de santé sont de plus en plus démunis. Lire aussi : L’Asie du Sud-Est ravagée par une épidémie de dengue inédite

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Luke Duggleby / Redux Pictures

    Octobre 2019, Mae Sot (Thaïlande). Aux abords de Mae Sot, au nord-ouest de la Thaïlande, la rivière Moei marque la frontière avec l’État Karen et la ville de Myawaddy en Birmanie. Pendant des décennies, le paludisme a été la première cause de mortalité dans cette région de moyenne montagne. Grâce à un vaste programme de prévention, détection et traitement médicamenteux, le Plasmodium falciparum, l’espèce de parasite qui cause la forme la plus grave du paludisme, a été pratiquement éliminé dans la zone. Mais en 2019, la mousson a apporté le fardeau des virus de la dengue et du chikungunya, ce dernier ayant migré de l’extrême sud de la Thaïlande vers le nord, le long de la frontière birmane.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 9 photos
par Clément Marion
Portfolio — 15 photos
par Felipe Fittipaldi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — France
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — International
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — International
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud